LA TOY PARTY

 

 

 

Spectacle-concert pour le crépuscule et l'espace public, musique jouée uniquement avec des jouets électroniques pour enfants.

 

  On a beau dire,

mais la fin du monde, c’est long,

trop compliqué et mal sous-titré.

 

La TOY-PARTY, c’est des cousins.

 

Des cousins qui ont bien regardé Jurassic Park. Qui ont bien compris que nous allions tous finir comme les dinosaures, atomisés par des météorites, des gourous menteurs, une explosion nucléaire ou juste la lente agonie des émotions humaines. 

 

 

Du coup, plutôt que d'attendre ou de craindre cette fin du monde de tout temps annoncée, ils ont décidé de la provoquer. Pour voir ce qu'il y aurait après. Parce que peut-être que derrière ce monde là, il y en a un mieux.

 

Finalement, on ne sait pas. Et de toute façon, il y a de fortes chances qu'on soit mort·e·s avant la fin. 

Alors. 

En attendant. Autant danser, aimer, rire, et essayer d'être qui on a vraiment envie et besoin.

 

La TOY-PARTY c’est une invitation à refaire le chemin de l’enfance à l’adolescence à l’âge adulte, mais de manière plus libre peut-être que la première fois. En même temps, la première fois, on ne savait pas. C'est une invitation à (re?)trouver nos identités rêvées, secrètes, et à les laisser prendre vie.

 

La TOY-PARTY c'est un concert uniquement composée sur des jouets électroniques pour enfants.

Jackés, pimpés, bendés, magnifiés.

 

La TOY-PARTY, le dernier atout du plastique.

 

La TOY-PARTY, une certaine idée de la virilité.

 

La TOY-PARTY, une invitation à contempler la fin du monde, encore et toujours, en dansant, enfants ados et adultes, tous ensemble tous ensemble dans le vortex.

 

La TOY-PARTY peut être prolongée par une boum de 30min à 1h,

dans le dispositif circulaire et quadriphonique du spectacle.

  

La TOY-PARTY a été crée le 26 mai 2018 au festival Tendance Clown (Marseille), avec le Daki Ling et la Friche Belle de Mai.

Elle a pour l'instant joué au festival Furies (Châlons-en-Champagne), à la Plage des Six Pompes (Chaux-de-fond, Suisse), au festival de Villeneuvette (Hérault), au festival d'Aurillac 2018, à la médiathèque de Pertuis dans le cadre de Lecture par Naure avec la Métropole Aix-Marseille, au Grand Ménage de Printemps (Vaucluse), au Bounestival du Plancher des chèvres (Var), à Hop hop hop (Metz), à Scènes de rue (Mulhouse), à Chalon dans la rue 2019, à Mix'Arts Myris (Toulouse).


Les soutiens

Production: Détachement International du Muerto Coco.

 

Coproduction: Lieux Publics, Centre National de création en espace public (13) / Le 3 Bis f, lieu d'Arts contemporains (13) / Le Citron Jaune, CNAREP (13) / Superstrat, pôle d'initiatives et d'accompagnement artistique (42) / Le Rack'am, scène conventionnée pour les musiques actuelles (91) / La Maison de la Poésie de Nantes (44) / Ax Animation / Le Pôle Arts de la Scène de la Friche Belle de Mai.

 

Soutiens: Direction Générale de la Création Artistique / DRAC PACA  / Région Provence-Alpes-Côtes d'Azur / Ville de Marseille / Conseil Départemental des Bouches-du-Rhône / Spedidam / Animakt, Lieu de fabrique pour les Arts de la Rue (91) / Parallèle, Plateforme pour la jeune création internationale (13) / La Gare Franche, Maison d'artistes théâtre et curiosités (13) / et la Grande Récré de Saint-Etienne.

 


La distribution

 

Spectacle intégralement co-écrit et co-joué par Guillaume Bertrand, Raphaëlle Bouvier, Maxime Potard, Marc Prépus

Régie son, pimp, peluche parlante préférée et super puissante : Pierre Lacour aka Panda

Régie lumière et régie générale, Action Man incroyable : Jocco de la Méandre

Régiss’oeil universel extérieur pendant la création: Denis Malard

Création lumière / construction : Marco Simon

Costumes magnifiques : Lucile Gardie

Production incroyable : Charles Bodin

Diffusion merveilleuse : Camille Grégoire

Administration d'enfer : LO-BOL! Comptoir du spectacle

 




 

# Début de création / octobre 2016, Parvis de l'Opéra, Marseille, Sirène et Midi net (avec Lieux Publics)

 



 

 💖 BONUS 💖

LA MINUTE GÉNÉALOGIE DE LA TOY-PARTY

 

Commençons par le commencement : Potard est un peu "demi" avec La Fille,

parce que la mère de La Fille (Andrée)

s'est mariée avec le père de Potard (Alain)

quand La Fille avait 15 ans / et Potard 17.

Christiane, c'est la soeur d'Andrée,

donc la tante de La Fille, donc la belle-tante de Potard,

et c'est aussi la mère de Prépus

(dont le père s'appelle Prévot, mais dont le grand-père s'appelait Prépus, oui, voilà.)

Donc Prépus c'est le cousin (germain) de La Fille. 

Ils ont joué au docteur quand ils étaient petits mais rien de méchant, tout ça.

Bon.

Noël 2008, naissance de Célia, nièce de Potard,

et première retrouvaille commune de Potard + Prépus + La Fille

autour des jouets électroniques pour enfants.

Un sacré Noël.

Même Tata Denise s'était mise à faire de la musique avec eux.

2010 = Panda, le cousin éloigné de Prépus,

revient du Cambodge où il a grandi et vécu jusqu'alors.

Hasard fou, il est sondier.

Comble des hasards, il se met à s'entendre vachement bien avec son cousin Prépus

qui est en train de développer son histoire de hip-hop en caddie.

Et comble des hasards fous, ils se mettent à bosser ensemble,

alors que de leur côté :

Potard et La Fille ont déjà monté une compagnie ensemble en 2009 (feu Le coq est mort).

De son côté, en 2012,

Potard renoue (un peu par hasard, au baptême de Célia),

avec deux cousins bretons pas vus depuis bien longtemps :

Nouille et Bloomy,

qui habitent maintenant en région parisienne.

Ils avaient bien passé quelques semaines d'été communes à Douarnenez (29)

dans la maison de mamie Colette, 

mais à l'époque Nouille avait des boutons, et Bloomy était grincheux.

Depuis, ils sont devenus trop canons,

et

(comble du comble des hasards fous)

Potard découvre qu'ils ont monté un groupe tous les deux = Bloombox.

Dans lequel il y a - tenez-vous bien - une recherche autour du jouet électronique pour enfants.

 

Alors là.

 

Sidération familiale globale.

 

Rencontre des uns et des autres, au fil des mois.

 

Quelques concerts et festivals où les uns et les autres partagent la programmation,

en 2014/2015.

Et pas mal de nuits blanches à geeker sur des CB, avec des talkies, à faire des photos débiles, à enregistrer des trucs sur des radios cassettes, à parler de 8 bits et de jacks stéréo.

 

Septembre 2015 = l'idée de créer ensemble s'impose à eux sans qu'ils aient finalement trop rien demandé.

Dans l'histoire de France, c'était comme ça que ça devait se passer. 

   

C’est la naissance de la TOY-PARTY.